Archives pour la catégorie Ressources

Parution : La médecine du tri. Histoire, éthique, anthropologie

Vient de paraître, sous la direction de Guillaume Lachenal, Céline Lefève & Vinh-Kim Nguyen aux PUF.

PUF

Présentation de l’éditeur : En réunissant anthropologues, philosophes, historiens et cliniciens, La médecine du tri mène l’enquête sur une question fondamentale, à la fois incontournable et insupportable, posée par la médecine contemporaine : qui soigner d’abord quand les ressources manquent ?

Table des matières et plus : http://www.puf.com/Autres_Collections:La_médecine_du_tri._Histoire,_éthique,_anthropologie

Ouvrage paru (2012) : « L’accès à l’information en ligne. Moteurs dispositifs et médiations »

Auteur : Brigitte Simonnot

L’accès à l’information a toujours nécessité des médiations. Avec le numérique et l’internet, certaines sont devenues invisibles, d’autres se transforment et de nouvelles émergent. Le développement des moteurs commerciaux implique une banalisation des pratiques de recherche en ligne. Cet ouvrage analyse l’évolution des recherches scientifiques sur l’accès à l’information et les dispositifs associés. En se focalisant sur le fonctionnement des moteurs de recherche commerciaux, il attire l’attention sur un aspect souvent oublié : la dimension médiatique de ces dispositifs. L’accès à l’information en ligne appelle à un changement de paradigme pour mettre l’agir informationnel et les socialités associées au coeur des réflexions.

Continuer la lecture de Ouvrage paru (2012) : « L’accès à l’information en ligne. Moteurs dispositifs et médiations » 

Ouvrage paru (2010) : « Les dispositifs d’information et de communication. Concept, usages et objets »

Sous la direction de Violaine Appel, Hélène Boulanger et Luc Massou

Collection Culture & Communication

DE BOECK Supérieur

Depuis les travaux de Michel Foucault, la recherche autour de la notion de dispositif et de ses multiples utilisations n’a cessé de se développer. En près de trente ans, elle en a identifié de nouvelles dimensions, dont la nature ne porte plus uniquement sur les rapports de pouvoir et le contrôle social. Se pose dorénavant une réflexion qui prend sens au sein de différentes formes de tensions et de médiations qui s’articulent et interagissent dans des dispositifs médiatiques, numériques ou communicationnels en constante évolution : télévision, internet, téléphone mobile, outils collaboratifs… Concept, usages et objets : le débat scientifique sur le dispositif est encore largement ouvert.

Lire la suite …

Continuer la lecture de Ouvrage paru (2010) : « Les dispositifs d’information et de communication. Concept, usages et objets » 

Quand les tradithérapeutes ouest-africains soignent l’infertilité conjugale à Dakar (Sénégal) : recompositions et dynamiques entrepreneuriales

Sylvain Landry Faye

Ces dernières années, Dakar est devenu une destination privilégiée des mobilités Sud-Sud. En particulier, de nombreux tradithérapeutes africains s’y sont installés, avec leurs savoirs-faire. Cet article interroge les effets de leur présence dans la capitale sur l’offre et la demande de santé (en matière d’infertilité conjugale) et sur le champ de la médecine traditionnelle nationale. Continuer la lecture de Quand les tradithérapeutes ouest-africains soignent l’infertilité conjugale à Dakar (Sénégal) : recompositions et dynamiques entrepreneuriales 

Santé et conditions de vie : « Vivre avec le sida après l’Apartheid », Frédéric Le Marcis, 2010

Alors que l’Afrique du Sud était enfin libérée du régime d’apartheid et désignait en 1994 son premier président démocratiquement élu, l’épidémie du sida explosait pour atteindre au début des années 2000 près de 20% de la population générale. La jeune nation démocratique se trouva ainsi contrainte de se construire en négociant avec l’héritage de plus de cent ans de politique raciste et inégalitaire ainsi qu’avec un contexte épidémiologique sans précédent. Comment les Sud-Africains des townships – principales victimes du régime d’apartheid et du sida – réussissent-ils à vivre cela au quotidien ? Quelles peuvent être leurs espérances alors que les soins permettant de survivre au sida ne sont pas disponibles ?
Pour répondre à ces questions, l’auteur a effectué une ethnographie du quotidien en ne se limitant pas à la question du soin ou de la mobilisation politique. Il a accordé sa préférence non pas aux métadiscours sur le sida, la violence ou la sexualité, mais à l’analyse de la façon dont les personnes affectées se construisent une vie digne jusque dans la mort. La présente étude essaie donc de saisir dans l’Afrique du Sud contemporaine les modalités inédites d’inscription dans le monde (nouvelles notions de famille, logiques économiques, intimité du couple, expérience du volontariat…).
Les contraintes que rencontrent les individus dans cette entreprise imposent également de reconsidérer le pardon promu par la commission vérité et réconciliation qui consacre l’avènement de la démocratie et invite à souligner la nécessité de son articulation à une expérience de justice sociale.

source

Etat des lieux et perspectives du don d’ovocytes en France

ABALLEA Pierre , BURSTIN Anne , GUEDJ Jérôme , FRANCE. Inspection générale des affaires sociales

Paris ; Inspection générale des affaires sociales

Comme d’autres activités de soins recourant au don de produits du corps humain, le don d’ovocytes est caractérisé par un déséquilibre marqué entre un besoin croissant dans le cadre de l’assistance médicale à la procréation (AMP) et un nombre de donneuses notoirement insuffisant. Alerté par l’agence de la biomédecine (ABM) et les professionnels sur les conséquences de cette incapacité à satisfaire sur le territoire national les besoins des couples requérant ce don de gamète, et notamment sur l’importance du recours à des soins transfrontaliers, la ministre de la santé et des sports a souhaité que l’Inspection générale des affaires sociales mène une étude approfondie de la situation du don d’ovocytes en France. La première partie du rapport présente un état des lieux du don d’ovocytes en France et la seconde partie propose des pistes d’amélioration de la couverture des besoins en don d’ovocytes.

Source : http://www.ladocumentationfrancaise.fr

Sommaire du rapport

Le rapport en pdf

« Des humains comme les autres. Bioéthique, anonymat et genre du don », Irène Théry, 2010

Irène Théry, Des humains comme les autres. Bioéthique, anonymat et genre du don,

collection « Cas de figure », 14, Paris, Éditions de l’EHESS, 2010.

Faut-il ou non lever l’anonymat dans le cadre d’un engendrement par tiers donneur ? Irène Théry nous entraîne au cœur des controverses soulevées par les nouvelles techniques de procréation.

Alors que les premiers enfants nés grâce aux dons sont devenus de jeunes adultes et, pour certains, revendiquent l’accès à leurs origines, comment distinguer les places respectives des protagonistes du don d’engendrement : parents, enfants, donneurs ? L’enfant n’est-il pas le grand oublié de la perspective médicale traditionnelle assimilant don de gamètes et don du sang, au prix de l’effacement d’une partie de son histoire ? D’une plume résolument engagée, Irène Théry propose un regard critique sur le modèle bioéthique français qui a sacralisé l’anonymat du don de gamètes alors que tant de pays démocratiques ont su passer du modèle initial Ni vu ni connu à celui de Responsabilité où le donneur – homme ou femme – cesse d’être perçu comme un spectre menaçant.
La panique morale qui semble saisir la société française – corps médical, responsables politiques, religieux – devant une telle évolution révèle les préjugés et les résistances face aux nouvelles représentations de l’identité personnelle et de la filiation, transformées par l’égalité des sexes, le démariage et l’émergence sociale de l’homoparentalité.

Sommaire sur le site de l’éditeur

« Mille et une façons de faire les enfants, La révolution des méthodes de procréation », Bertrand Pulman, 2010

Bertrand Pulman, Mille et une façons de faire les enfants
Editions Calmann-Levy, 2010

Chacun croit savoir comment les enfants viennent au monde. Et pourtant …

L’acte sexuel entre une femme et un homme n’est déjà plus l’unique moyen de concevoir un être humain. Nous ne sommes probablement qu’au déut d’un processus qui va produire des réalités de plus en plus extraordinaires : la possibilité de choisir le sexe de son enfant, la transplantation d’utérus, la fabrication de gamètes, la gestation en dehors du corps de la femme, etc. vont nous entraîner dans un univers inconnu.

Les nouveautés dans le domaine des sciences de la vie suscitent souvent des discours alarmistes. Ce livre montre pourtant que les craintes ne sont pas toujours justifiées. L’assistance médicale à la procréation a déjà constitué une aventure prodigieuse, et donné à des millions de personnes, la joie simple d’avoir un enfant. Les innovations souvent souhaitables sont désormais inévitables. Nous devrions d’autant plus adopter une attitude positive et tolérante que les avancées médicales, les choix éthiques et les interdits juridiques varient d’un pays à l’autre. Un couple qui veut un enfant et a le sentiment que la législation ne prend pas en considération son aspiration vitale peut trouver une solution à l’étranger. À l’heure de la mondialisation et d’Internet, la possibilité d’importants mouvements d’exil reproductif n’incite-t-elle pas à l’ouverture plutôt qu’aux crispations morales?
Il existera bientôt mille et une façons de faire les enfants. Seule comptera, en définitive, notre aptitude à nous adapter et à encadrer ces changements de la manière la plus heureuse possible.

Un ouvrage riche et stimulant qui nous oblige à réviser toutes nos idées reçues sur les questions de l’enfantement.

Source : site de l’éditeur

Santé et hérédité : « Repenser l’hérédité », Doris Bonnet, 2009

La biomédecine du XXIe siècle, avec ses possibilités de dépistage prénatal, offre une lecture de la vie où un couple doit exprimer, à l’annonce d’une anomalie génétique, sa volonté de transmettre ou non à sa descendance son héritage biologique. Mais, dès lors qu’on s’interroge sur le corps et la notion de personne, on est confronté à différents modèles de l’humain selon ses convictions religieuses, ses idéaux culturels et familiaux, et son expérience passée par rapport à la maladie. C’est dans ce contexte «biosocial» que des femmes immigrées originaires d’Afrique subsaharienne peuvent découvrir, en France, à l’occasion d’un accouchement que leur enfant est porteur d’une maladie génétique héréditaire appelée «drépanocytose». Cette maladie est paradigmatique car elle fait valoir la notion de race en médecine. Elle interroge la notion de «culture d’origine», révèle des théories différentes de l’hérédité, des préjugés et des stéréotypes, des pratiques de discrimination dans un contexte politique qui risque de conduire à une racialisation des rapports sociaux.

Repenser l’hérédité, Doris Bonnet, 2009