Archives mensuelles : février 2011

« Nouvelles techniques de reproduction, genre et parenté » : Colloque international 14-15 nov. 2011, Lyon

Colloque organisé par le Centre Max Weber et l’Institut National d’Études Démographiques avec le soutien de la fédération de recherche RING, du Séminaire interdisciplinaire sur le genre de l’ISH de Lyon et du Centre Louise Labé
Nouvelles techniques de reproduction, genre et parenté
Centre Max Weber, UMR 5283 CNRS– ENS Lyon– Lyon 2– UJM
Colloque international, 14-15 nov. 2011, Lyon
APPEL À COMMUNICATION (CMW – INED)
Que font les nouvelles techniques de reproduction au genre et à la parenté ? Et réciproquement ?
Au cours des dernières années, de nouvelles techniques de reproduction (NTR) se sont développées, remettant potentiellement en cause l’ordre social de la procréation à travers deux de ses éléments : l’ordre de genre et le modèle de parenté dominants. Cependant, ces innovations techniques sont en même temps le produit de l’ordre de genre et du modèle de parenté. D’une part, elles sont loin d’être neutres du point de vue du genre. D’autre part, elles sont autant une réponse à de nouvelles demandes de parenté qu’elles ne les initient. Ce colloque propose de réfléchir à l’interaction entre techniques procréatives, dynamiques de genre et modèles de parenté. Cette question sera abordée dans ses dimensions sociologiques, démographiques et anthropologiques et ne sera pas traitée d’un point de vue éthique ou juridique.
Le colloque est organisé autour des thèmes suivants :
▪ Les enjeux économiques et démographiques des nouvelles techniques de reproduction sur la scène transnationale
▪ Les nouvelles techniques de reproduction et les dynamiques de genre
▪ Les nouvelles techniques de reproduction et la parenté
▪ Les nouvelles techniques de reproduction et l’homoparentalité
Chaque thème sera introduit lors d’une session plénière par trois conférenciers. Les communications auront ensuite lieu dans des ateliers organisés autour de sous-thèmes qui auront émergé des communications proposées.

La langue de travail est le français. Il est toutefois possible, en accord avec les organisateurs de la séance, de présenter une communication en anglais ou en espagnol, si elle est accompagnée d’un PowerPoint en français.

Version intégrale de l’appel à communication

Institut des Sciences de l’Homme
14 avenue Berthelot 69363 Lyon Cedex 07
tél. 33 (0)4 72 72 64 00 ▪ fax : 33(0)4 72 72 64 18
Centre Max Weber
UMR 5283 CNRS– ENS Lyon– Lyon 2– UJM

Consignes aux auteurs
Les communications porteront sur des recherches finalisées ou en cours ou proposeront des contributions théoriques ou méthodologiques. Elles s’inscriront dans les thématiques des ateliers. Les propositions de communication seront déposées par courriel auprès du comité scientifique : cs.colloqueNTR@ish-lyon.cnrs.fr. L’atelier destinataire sera expressément mentionné.
La date limite des soumissions est arrêtée au 1er avril 2011.
Les propositions de communication comprendront un résumé d’environ 400 mots. Pour faciliter le travail du comité scientifique, des tableaux, graphiques et références de publications, de recherches et d’expériences pilotées en lien avec la communication proposée pourront être ajoutés. Les auteur.e.s seront informé.e.s de l’acceptation de leur communication courant juin 2011. Les résumés des communications sélectionnées par le comité scientifique seront ensuite diffusés à l’ensemble des participants. La durée des communications orales sera de 15 minutes.

Comité scientifique
Nouvelles techniques de reproduction, genre et parenté
133 Boulevard Davout 75980 Paris Cedex 20
tél. 33 (0)1 56 06 20 00 ▪ fax 33 (0)1 56 06 21 99
www.ined.fr
Laurence TAIN, Université Lyon 2, CMW
Maks BANENS, Université Lyon 2, CMW
Jean-Hugues DÉCHAUX, Université Lyon 2, CMW
Virginie ROZÉE, INED
Magali MAZUY, INED-CMW
Marie LESCLINGAND, Université de Nice, URMIS-INED

« Des humains comme les autres. Bioéthique, anonymat et genre du don », Irène Théry, 2010

Irène Théry, Des humains comme les autres. Bioéthique, anonymat et genre du don,

collection « Cas de figure », 14, Paris, Éditions de l’EHESS, 2010.

Faut-il ou non lever l’anonymat dans le cadre d’un engendrement par tiers donneur ? Irène Théry nous entraîne au cœur des controverses soulevées par les nouvelles techniques de procréation.

Alors que les premiers enfants nés grâce aux dons sont devenus de jeunes adultes et, pour certains, revendiquent l’accès à leurs origines, comment distinguer les places respectives des protagonistes du don d’engendrement : parents, enfants, donneurs ? L’enfant n’est-il pas le grand oublié de la perspective médicale traditionnelle assimilant don de gamètes et don du sang, au prix de l’effacement d’une partie de son histoire ? D’une plume résolument engagée, Irène Théry propose un regard critique sur le modèle bioéthique français qui a sacralisé l’anonymat du don de gamètes alors que tant de pays démocratiques ont su passer du modèle initial Ni vu ni connu à celui de Responsabilité où le donneur – homme ou femme – cesse d’être perçu comme un spectre menaçant.
La panique morale qui semble saisir la société française – corps médical, responsables politiques, religieux – devant une telle évolution révèle les préjugés et les résistances face aux nouvelles représentations de l’identité personnelle et de la filiation, transformées par l’égalité des sexes, le démariage et l’émergence sociale de l’homoparentalité.

Sommaire sur le site de l’éditeur

« Mille et une façons de faire les enfants, La révolution des méthodes de procréation », Bertrand Pulman, 2010

Bertrand Pulman, Mille et une façons de faire les enfants
Editions Calmann-Levy, 2010

Chacun croit savoir comment les enfants viennent au monde. Et pourtant …

L’acte sexuel entre une femme et un homme n’est déjà plus l’unique moyen de concevoir un être humain. Nous ne sommes probablement qu’au déut d’un processus qui va produire des réalités de plus en plus extraordinaires : la possibilité de choisir le sexe de son enfant, la transplantation d’utérus, la fabrication de gamètes, la gestation en dehors du corps de la femme, etc. vont nous entraîner dans un univers inconnu.

Les nouveautés dans le domaine des sciences de la vie suscitent souvent des discours alarmistes. Ce livre montre pourtant que les craintes ne sont pas toujours justifiées. L’assistance médicale à la procréation a déjà constitué une aventure prodigieuse, et donné à des millions de personnes, la joie simple d’avoir un enfant. Les innovations souvent souhaitables sont désormais inévitables. Nous devrions d’autant plus adopter une attitude positive et tolérante que les avancées médicales, les choix éthiques et les interdits juridiques varient d’un pays à l’autre. Un couple qui veut un enfant et a le sentiment que la législation ne prend pas en considération son aspiration vitale peut trouver une solution à l’étranger. À l’heure de la mondialisation et d’Internet, la possibilité d’importants mouvements d’exil reproductif n’incite-t-elle pas à l’ouverture plutôt qu’aux crispations morales?
Il existera bientôt mille et une façons de faire les enfants. Seule comptera, en définitive, notre aptitude à nous adapter et à encadrer ces changements de la manière la plus heureuse possible.

Un ouvrage riche et stimulant qui nous oblige à réviser toutes nos idées reçues sur les questions de l’enfantement.

Source : site de l’éditeur

L’AMP aux Etats-Unis, séminaire du 15 février 2011 (EHESS)

Séminaire « Genre, personne, interlocution » (responsable : I. Théry)

Mardi 15 Février 2011, 15h-17h, salle 7, EHESS, 1055 bd Raspail, Paris

Jennifer MERCHANT, Professeur à l’Université Paris II Panthéon-Assas

L’ASSISTANCE MEDICALE A LA PROCREATION AUX ETATS-UNIS : LE GENRE DANS LE DON ET L’ACCUEIL DES GAMETES

à noter : Invitée de la séquence AMP du 1er Mars,  15h-17H : Juliette Guibert, gynécologue obstétricienne dans l’unité d’AMP de l’Institut Mutualiste Montsouris : « Demander la levée de l’anonymat du don de gamètes: au nom des droits de l’homme ? »

séminaire de recherche (ouvert aux M1)
Genre, personne, interlocution : l’approche relationnelle
Irène THERY directrice d’études à l’EHESS
Les 1er et 3e Mardi du mois de 13h à 17h salle 7 , EHESS 105 bd Raspail,  à partir du 15 octobre 2010 .
Ce nouveau séminaire a pour objet de montrer ce que le genre apporte à la compréhension du lien social en général dont il est à la fois une dimension centrale et un analyseur privilégié. Son originalité sera donc de confronter la distinction de sexe aux « grandes théories  » du social : individualisme méthodologique, holisme méthodologique, interactionnisme, théories des speech acts  etc.
L’enjeu est de montrer que les diverses conceptions de la distinction masculin/féminin renvoient à une certaine représentation non des sexes ou de la vie sexuelle seulement, comme on le croit en général dans une perspective étroitement individualiste et moderne, mais bien de la personne elle-même.
En effet, la première question qui se pose aux sciences sociales à propos du genre est encore aujourd’hui la moins discutée dans nos propres sociétés occidentales : de quoi parlons-nous quand nous évoquons la distinction sociale masculin/féminin ? La plupart des théories actuelles considèrent comme une évidence de définir le genre comme un attribut identitaire des personnes. Elles adoptent ainsi une philosophie dualiste opposant le « moi » (doté d’une identité de genre) et le « corps » (doté d’une identité de sexe). Mais une alternative est possible : refuser un tel dualisme et considérer le genre comme une modalité des actions et relations dotées de sens.
Ce séminaire développera  une  approche relationnelle du genre fondée sur une anthropologie historique et comparative renouvelée par les apports de la philosophie analytique de l’action et de l’interlocution. Il montrera l’intérêt de concevoir la personne non comme une hypostase, un « moi » ou « self » intérieur, mais comme l’individu tour à tour agent, patient et attributaire de l’actus humanus. Cette approche  placera au centre de l’attention l’alternance entre les trois personnes grammaticales distinguant/liant les trois positions de l’interlocution : le je de celui qui parle, le tu de celui à qui on parle, le il/elle de celui ou celle dont on parle.
A NOTER / Ce séminaire de 4 heures quinzomadaires est divisé en DEUX SEQUENCES DE 2H qui peuvent être suivies indépendamment (chacune étant validée comme un semestre) .
La séquence de 13 h à 15h est consacrée à la théorie relationnelle du genre et assurée cette année entièrement par mes soins.
La séquence de 15 à 17H est consacrée à l’application de cette démarche à l’analyse de la recomposition des normes dans  l’Assistance Médicale à la Procréation et j’y recevrai le plus souvent un(e) invité(e) pour y confronter nos deux points de vue sur le droit et les pratiques en matière  bioéthique.

Ier Congrès de l’AFEA, 21-24 Septembre 2011 à Paris : Connaissance No(s) Limit(es)

Connaissance No(s) Limit(es) :

Ier Congrès de l’Association française d’ethnologie et d’anthropologie (AFEA)
21-24 Septembre 2011 à Paris (EHESS)

Présentation :

Aujourd’hui, en anthropologie comme dans toutes les disciplines scientifiques, se pose la question de la connaissance, de ses modalités de production et de sa place dans les sociétés contemporaines. Prenant acte de la réorganisation des institutions publiques d’enseignement et de recherche, de la modification du statut général de la science et, de manière plus spécifique de l’intérêt croissant porté aux modes d’obtention et de validation des savoirs en anthropologie, l’AFEA propose, pour ce premier congrès, de se réunir autour des limites ou frontières de la connaissance.

Continuer la lecture de Ier Congrès de l’AFEA, 21-24 Septembre 2011 à Paris : Connaissance No(s) Limit(es)