Ier Congrès de l’AFEA, 21-24 Septembre 2011 à Paris : Connaissance No(s) Limit(es)

Connaissance No(s) Limit(es) :

Ier Congrès de l’Association française d’ethnologie et d’anthropologie (AFEA)
21-24 Septembre 2011 à Paris (EHESS)

Présentation :

Aujourd’hui, en anthropologie comme dans toutes les disciplines scientifiques, se pose la question de la connaissance, de ses modalités de production et de sa place dans les sociétés contemporaines. Prenant acte de la réorganisation des institutions publiques d’enseignement et de recherche, de la modification du statut général de la science et, de manière plus spécifique de l’intérêt croissant porté aux modes d’obtention et de validation des savoirs en anthropologie, l’AFEA propose, pour ce premier congrès, de se réunir autour des limites ou frontières de la connaissance.

Sous le titre « No(s) Limit(es) » se déclinent, de manière ouverte, des questions à la fois scientifiques et politiques, qui articulent des dimensions épistémologiques et réflexives. Anthropologie comme connaissance, Anthropologie de la connaissance : tels sont les deux grands champs que ce congrès souhaite associer.

On peut par exemple envisager la connaissance en termes :

  • 1. De contenus : Comment émergent de nouvelles thématiques, de nouveaux objets ? Comment sont-ils organisés, gérés, disciplinés ? Les savoirs s’accumulent-ils, disparaissent-ils, sont-ils recyclés au gré des paradigmes ?,
  • 2. D’opérations cognitives : La question des catégories et des typologies, celle des symbolisations et des perceptions ; le rôle du corps, des émotions, des affects, des relations sociales,
  • 3. De fabrications, d’appropriations et de circulations : Les situations et contextes dans lesquels les connaissances sont produites, transmises, captées, commercialisées, etc.,
  • 4. De pratiques et d’usages : La question des techniques et des savoir-faire, mais aussi les opérations de détournements ou d’emprunt,
  • 5. D’effets produits et d’enjeux : La reconfiguration des rapports sociaux et de pouvoir, la constitution d’altérités, les phénomènes de globalisation, de normalisation ou de dissidence.

Sur chacun de ces aspects, les sciences sociales peuvent porter un double regard. D’un côté, comment l’anthropologie aborde-t-elle la connaissance d’elle-même ? De l’autre, comment interroge-t-elle la connaissance comme phénomène social et culturel ?

A titre indicatif, les ateliers ou les contributions individuelles pourront porter sur :

  • Le lien entre les disciplines, l’interdisciplinarité et la transversalité
  • L’évolution des objets, paradigmes, champs, concepts, la terminologie
  • Les débats, controverses, malentendus
  • Les usages politiques et sociaux de la connaissance, ses finalités
  • La question de l’engagement, les savoirs impliqués
  • La recherche-action, la coproduction des savoirs
  • Les différents registres de connaissance, ordinaires, experts, savants, citoyens
  • Les frontières du savoir entendues comme frontières politiques
  • Le rôle des nouvelles technologies dans la production et la circulation des savoirs
  • Les formes institutionnelles et les lieux qui portent la connaissance, la médiatisent, la valident
  • Les supports de la connaissance et les dispositifs méthodologiques

www.asso-afea.fr