Participation au congrès de l’AFEA (21-24 sept 2011) : Atelier 34

Quand l’anthropologie s’empare des nouvelles technologies dans le secteur de la santé et de la reproduction (Atelier 34)

De l’enfant du lignage à l’enfant issu d’un couple de gamètes – Doris Bonnet, Maryvonne Charmillot et Véronique Duchesne / Penetrating the Curtain : Researching Medically Assisted Procreation in Pretoria – Nina Botha, Rehana Vally et Frédéric Le Marcis / L’information et la communication sur l’internet à propos de l’AMP et de l’infécondité : quels usages pour l’Afrique ? – Luc Massou, Emmanuelle Simon et Brigitte Simonnot

Le livret du congrès AFEA 2011

Planning du congrès AFEA 2011

Congrès AFEA 2011 : Atelier 34

Quand l’anthropologie s’empare des nouvelles technologies dans le secteur de la santé et de la reproduction

Coordination :

Doris Bonnet (doris.bonnet@ird.fr)

Dans un nombre croissant de villes africaines, des cliniques privées prennent aujourd’hui en charge les couples inféconds des classes moyennes. À défaut de pouvoir bénéficier de traitements locaux, nombre de femmes et d’hommes se déplacent soit vers d’autres pays des Suds (mobilités sanitaires transfrontalières), soit vers les pays Occidentaux. En Afrique, l’infécondité étant généralement socialement attribuée à la femme, certaines, parmi elles, développent des stratégies pour accéder aux techniques d’assistance médicale à la procréation afin de ne pas être confrontées au stigmate, à la répudiation ou à l’accusation de sorcellerie.

Notre projet est de présenter, au sein de cet atelier, une recherche sur le cas particulier du recours à l’assistance médicale à la procréation en Afrique (AMP) (programme ANR 2011-2013 associant le CEPED, le CEAN, le CEMAF et le CREM) en proposant de l’observer, d’une part, au carrefour de l’anthropologie de la santé, de la parenté et des sciences de l’information et de la communication et d’autre part, à partir d’une réflexion méthodologique menée au regard des contraintes spécifiques posées par ce terrain. L’ob- jectif est ainsi d’étudier l’infécondité en tenant compte des différentes échelles depuis l’espace local jusqu’à l’espace global, à partir d’études de cas menées dans des villes aux réalités économiques, sociales, législatives et sanitaires inégales, de trois pays du continent africain – le Burkina Faso, le Cameroun et l’Afrique du Sud – ainsi qu’auprès de la diaspora africaine à Paris. A partir d’études de cas, nous souhaitons analyser les modes de circulation de l’information et des personnes autour de l’AMP notamment via le déve- loppement des TIC, ainsi que les modes d’appropriation de ces nouvelles technologies et leur impact sur la représentation de la procréation, de la famille et sur les rapports de genre dans les Suds.

De l’enfant du lignage à l’enfant issu d’un couple de gamètes

Doris Bonnet (DR en anthropologie – IRD – Ceped), Maryvonne Charmillot (Maître d’enseignement et de recherche en Sciences de l’éduca- tion – Université de Genève), Véronique Duchesne (Chargée d’enseignement en anthropologie – Universités Paris 1 et Paris 8 – CEMAf)

De nombreux couples africains ont aujourd’hui recours aux nouvelles techniques bio- médicales en matière de procréation. A partir d’entretiens approfondis réalisés à Ouaga- dougou (Burkina Faso), à Douala (Cameroun) et à Paris seront abordées les questions suivantes : Comment s’est opéré le choix du recours à l’AMP ? Comment a été vécue, par chacun, cette expérience généralement qualifiée de « parcours du combattant » ? quels sont les obstacles du recours à l’AMP (économiques, sociaux, culturels), et quelles sont les représentations de la stérilité, de la filiation et de la parentalité qui structurent ces expériences ? Ce choix a-t-il été mis en perspective par rapport à d’autres moyens de « faire famille » (par exemple, l’adoption). Il conviendra notamment de voir comment l’enfant issu d’un couple de gamètes peut devenir l’enfant d’un lignage. Il s’agira dès lors de croiser une anthropologie de la procréation (et de la stérilité) avec une anthropologie de la parenté.

doris.bonnet@ird.fr Maryvonne.Charmillot@unige.ch duchesne@ivry.cnrs.fr

Quand l’anthropologie s’empare des nouvelles technologies…

Penetrating the Curtain: Researching Medically Assisted Procreation in Pretoria

Nina Botha (étudiante – Université de Pretoria), Rehana Vally (University of Pretoria) Frédéric Le Marcis (MCF – HDR – IRD Centre de Ouagadougou)

Public Health Service in South Africa remains a major challenge for the post-apartheid state. Fifteen years after the demise of apartheid, the majority of South Africans do not have access to reliable Health services. The complexities of the post-apartheid state, the massive cost of health services delivery and the heritage of unequal services within the public health sector have all contributed to pushing questions of infertility off the public health agenda. However, issues of infertility do concern many ordinary South Africans. Medically assisted procreation (MAP) has become a private affair. A major challenge in doing ethnography of MAP is gaining access. Fertility specialists are rather reluctant to allow an anthropological gaze in their clinics. They are well acquainted with research procedures and use them as barriers to us. In this instance, we have to find alternate ways of doing fieldwork and collecting data on MAP. This paper will contextualise these dynamics within the framework of relations of power. How to negotiate the fieldwork and data collection when the dominant position is held by the interviewe ?

Nina.Botha@up.ac.za frederic.lemarcis@ird.fr rehana.vally@up.ac.za

L’information et la communication sur l’internet à propos de l’AMP et de l’infécondité : quels usages pour l’Afrique ?

Luc Massou (MCF en sciences de l’information et de la communication – Université Paul Verlaine-Metz – CREM), Emmanuelle Simon (Ingénieure de recherche, docteur en anthropologie – Université Paul Verlaine-Metz – CREM), Brigitte Simonnot (MCF en sciences de l’information et de la communication – Univer- sité Paul Verlaine-Metz – CREM)

Chercher un praticien, s’informer sur sa réputation et sur ses pratiques, vérifier ses pro- positions ou son diagnostic, chercher de l’information sur les traitements et échanger avec d’autres patients, sont autant de pratiques qui se développent en ligne dans les pays développés La fertilité et le recours aux techniques assistées de procréation n’échappent pas à la règle. Ces pratiques sont-elles les mêmes sur le continent africain, dans un contexte de développement de l’accès à l’internet ? Nous présentons l’approche interdisciplinaire adoptée pour étudier la manière dont, d’une part, l’ancrage culturel et social de l’internaute intervient dans ses modalités de recherche d’information en ligne et son appropriation des informations disponibles et, d’autre part, les interférences possibles de ces informations dans la relation patient-médecin. Nous complèterons ces études par une analyse de la communication en ligne sur ces questions, des contenus proposés sur les sites et des échanges informels dans des forums publics.

luc.massou@univ-metz.fr emmanuelle.simon@univ-metz.fr brigitte.simonnot@univ-metz.fr