Participation au colloque international de Lyon (14-15 nov 2011) : Nouvelles techniques de reproduction, genre et parenté

L’objectif de cette communication est de présenter les premiers résultats d’une recherche qui a débuté en janvier 2011 (programme ANR Les Suds II) et qui porte sur le recours à l’Assistance Médicale àla Procréationdans deux villes de deux pays du continent africain aux réalités économiques, sociales, législatives et sanitaires inégales, – le Cameroun et l’Afrique du Sud – ainsi qu’à Paris auprès de migrant(e)s d’Afrique sub-saharienne.

COLLOQUE INTERNATIONAL

Nouvelles techniques de reproduction, genre et parenté

LYON 14 et 15 novembre 2011

Colloque organisé par le Centre Max Weber et l’Institut National d’Études Démographiques avec le soutien de la fédération de recherche RING, du Séminaire interdisciplinaire sur le genre de l’ISH de Lyon et du Centre Louise Labé.

Annonce du colloque de Lyon

—————————————————–

Communication dans le cadre du projet de recherche ANR-AMP :

« De l’enfant du lignage à l’enfant des gamètes. Perspectives sur de nouvelles techniques de reproduction en Afrique. »

Doris Bonnet (DR en anthropologie à l’IRD, membre statutaire du CEPED, membre associé au Centre d’études africaines, EHESS, Paris), Marie Brochard (doctorante à Paris-Descartes, CEPED) et Véronique Duchesne (chargée de cours à Paris 8, membre associée au CEMAf).

 

L’objectif de cette communication est de présenter les premiers résultats d’une recherche qui a débuté en janvier 2011 (programme ANR Les Suds II) et qui porte sur le recours à l’Assistance Médicale àla Procréationdans deux villes de deux pays du continent africain aux réalités économiques, sociales, législatives et sanitaires inégales, – le Cameroun et l’Afrique du Sud – ainsi qu’à Paris auprès de migrant(e)s d’Afrique sub-saharienne.

A partir des premiers entretiens réalisés à Douala (Cameroun) et à Paris- Ile de France seront abordées les questions suivantes : que signifie d’être confrontés à des problèmes d’infécondité dans un contexte où la reconnaissance sociale des individus est tributaire de la procréation ? Comment ces problèmes sont-ils appréhendés, vécus, de manière individuelle, au sein du couple, au sein de la famille ? Comment le recours à l’AMP intervient-il ? Est-il mis en perspective par rapport à d’autres moyens de « construire une famille », tel que l’adoption par exemple ? Quelles sont les représentations de l’infécondité, de la filiation, de la parentalité et de la place de l’enfant qui structurent ces expériences ? Comment « l’enfant d’un couple de gamètes » peut-il rester « l’enfant du lignage » ? Observe-t-on des reconfigurations dans le projet d’enfant ?  Quelle place est accordée à la parentèle de l’enfant? Le système de parenté ainsi que les relations de genre étant mobilisés dans le projet d’enfant, de quelle façon le sont-ils dans la procréation médicalement assistée ?

La réflexion portera également sur les conditions d’acceptation de la stérilité masculine (lorsque l’infécondité leur est médicalement attribuée) dans un contexte où les hommes parviennent avec difficulté ou résistance à accepter leur stérilité. Le parcours et l’accès au savoir médical modifient-ils les relations de genre et les « espaces de négociation »au sein  des couples ? Cette asymétrie, déjà décrite par F. Héritier de manière universelle, sera donc examinée à l’aube de l’arrivée des NTR en Afrique subsaharienne.