Appel à communication pour le colloque international « Produire du savoir, gouverner des populations »

Appel à communication pour le colloque international « Produire du savoir, gouverner des populations » qui se tiendra à l’ENS de Lyon du 10 au 13 septembre 2013.

La date limite de réception des abstracts est le 15 décembre 2012.

Parmi la quantité d’études produites par ce que l’on peut nommer de manière générale l’anthropologie de la santé (en France) et la medical anthropology (dans le monde anglosaxon), une part non négligeable d’entre elles ont en commun le fait de discuter de questions inscrites au coeur de nos sociétés contemporaines. Sur des terrains diversifiés au Nord comme au Sud, l’anthropologie étudie les inégalités face à l’accès aux soins, les parcours thérapeutiques multiples, la production de molécules par l’industrie pharmaceutique, les politiques de santé publique, la gestion des populations, mais aussi la conception des corps, de la santé et de la maladie, les redéfinitions de la vieillesse et de la mort eu égard aux avancées scientifiques, ou encore le brevetage du vivant.

…/…

Comité scientifique :

Jean-Pierre Dozon (EHESS)

Didier Fassin (IAS de Princeton & EHESS)

Wenzel Geissler (U Oslo & LSHTM)

Marc-Eric Gruénais (U Bordeaux)

Bruno Latour (Sciences Po – Paris)

Anne-Marie Moulin (CNRS)

Vinh Kim Nguyen (U Montréal)

Kaushik Sunder Rajan (U. Chicago)

Laurent Vidal (IRD)

Organisateurs :

Charlotte Brives (LAM – UMR5115)

Frédéric Le Marcis (IRD & ENS-Lyon)

Josiane Tantchou (LAM-UMR5115)

Pour toute question, veuillez contacter les organisateurs à l’adresse suivante : colloquehssa@gmail.com

Parmi la quantité d’études produites par ce que l’on peut nommer de manière générale l’anthropologie de la santé (en France) et la medical anthropology (dans le monde anglosaxon), une part non négligeable d’entre elles ont en commun le fait de discuter de questions inscrites au coeur de nos sociétés contemporaines. Sur des terrains diversifiés au Nord comme au Sud, l’anthropologie étudie les inégalités face à l’accès aux soins, les parcours thérapeutiques multiples, la production de molécules par l’industrie pharmaceutique, les politiques de santé publique, la gestion des populations, mais aussi la conception des corps, de la santé et de la maladie, les redéfinitions de la vieillesse et de la mort eu égard aux avancées scientifiques, ou encore le brevetage du vivant. Ces développements récents embrassent différentes dimensions du rapport de l’homme à la santé. On peut ainsi citer les dimensions les plus intimes du rapport à la maladie ou au malheur et à ses définitions biomédicales (dimensions subjectivantes, déplacement des frontières délimitant ce qu’est la vie, la mort ou la filiation), et les formes d’engagement politique qu’elles induisent (biosocialités). Il convient également de souligner l’importance des travaux d’inspiration foucaldienne et interrogeant le fonctionnement des biopolitiques où la façon dont une définition de la vie est à présent au coeur de notre façon de penser et de faire le politique. D’un autre côté, les réflexions menées depuis maintenant plus de 30 ans par les tenants des Science studies sont riches, et les travaux sur la biomédecine, de plus en plus nombreux, permettent de comprendre comment les productions scientifiques créent de nouvelles normes et de nouvelles valeurs, et les diffusent au travers de réseaux complexes, redessinant chaque fois le monde dans lequel nous vivons. Les critiques sont souvent simplistes entre les tenants de l’une ou l’autre des approches : les science studies ne feraient pas assez de terrain et feraient « violence » aux données en leur imposant un cadre d’analyse pré-établi, alors que l’anthropologie médicale ne ferait qu’opposer au savoir profane une biomédecine plus fantasmée que réelle, sans jamais interroger les logiques et les conditions de la production du savoir biomédical. Pourtant, pouvons-nous encore aujourd’hui faire l’économie d’un véritable échange entre ces des courants ? En effet, si le paradigme de l’evidence-based medicine semble bénéficier aujourd’hui d’une légitimité incontestée, tout le monde s’accorde à dire que cette légitimité fait l’objet d’un travail de reconstruction permanent, engageant experts en sciences du vivant et de la santé et mobilisant dynamiques sociales et politiques. L’evidencebased medicine fait donc l’objet d’un travail qui, quoique prenant l’apparence de l’évidence, n’apparaît telle qu’en raison d’une légitimité toujours menacée. Processus plutôt que donnée, l’evidence-based medicine est au coeur de la réflexion que nous souhaitons voir se développer dans cette rencontre. Les fondements mêmes d’une telle omniprésence de l’evidence-based medicine doivent être étudiés, en ce qu’ils permettent de comprendre les ressorts des pratiques qui y sont liées dans les sociétés contemporaines. Ce colloque se donne donc comme objectif principal d’ouvrir, ou plutôt d’élargir un espace d’échanges entre tenants de ces deux courants que sont l’anthropologie de la santé et les science studies autour de l’evidence basedmedicine : quels sont ses apports, ses limites, mais aussi ses contraintes ? Comment vient-elle chaque jour produire, imposer ou recomposer les normes et les standards de soins, redéfinir nos représentations de la santé, du corps, des maux qui nous affligent ou changer nos systèmes de valeur ou les politiques qui définissent les actions mises en place par nos systèmes de santé?

Nous proposons à titre indicatif trois grandes questions qui structureront notre rencontre. Si nous invitons les communications à s’inscrire dans ces trois questions, celles-ci ne sont pour autant pas limitatives.

La suite de l’appel à communication ci-dessous (pdf) :

CFP producing knowledge, governing populations Lyon