Archives par mot-clé : AMP

Colloque : Les technologies de la procréation au Sud. Dispositifs, savoirs, expériences. 12 & 13 décembre 2013.

Jeudi 12 Décembre – vendredi 13 Décembre 2013

Colloque LES TECHNOLOGIES DE LA PROCREATION AU SUD. DISPOSITIFS, SAVOIRS, EXPERIENCES.

Université Paris Descartes
Amphithéatre Vulpian
12 rue de l’Ecole de Médecine – 75006 – Paris

Inscriptions : amp.afrique@gmail.com

Avec la participation de l’Agence Nationale de la Recherche (ANR),
Et de l’Institut de Recherche pour le Développement (IRD)

COMITE SCIENTIFIQUE :

Doris Bonnet
Directrice de Recherches en anthropologie à l’IRD.

Michel Cot
Médecin épidémiologiste à l’IRD.

Véronique Duchesne,
Maître de Conférences en anthropologie à Paris-Descartes.

Viola Hörbst
Anthropologue, Coordinatrice de Recherches at the Institute for Social Anthropology and African Studies at University of Munich (Germany).

Odile Journet
Directrice de Recherches en anthropologie, CNRS.

Frédéric Le Marcis
Professeur à l’Ecole Normale Supérieure de Lyon.

Madjid Ihadjadene
Professeur en Sciences de l’information et de la communication,
U. Paris 8, Haute Autorité de Santé

Luc Massou,
Maître de Conférences en Sciences de l’information et communication à l’Université de Lorraine.

E. Porqueres
Directeur d’études en anthropologie de la parenté, EHESS.

Emmanuelle Simon,
Anthropologue, Ingénieure de Recherche au Centre de recherches sur les Médiations, Université de Lorraine

Brigitte Simonnot
Professeur en Sciences de l’information et communication à l’Université de Lorraine.

Irène Théry
Directrice de Recherches en sociologie du droit et de la famille, EHESS.

—————————————–

Argumentaire du colloque :

L’AMP est un dispositif biomédical qui nécessite un environnement social, culturel et technique pour fonctionner, tout en étant lui-même producteur de savoirs, de compétences techniques et de formes organisationnelles spécifiques. Le développement de l’AMP en Afrique subsaharienne à partir des années 1980 est largement méconnu dans le monde scientifique et médiatique. Son histoire mérite d’être présentée pour mieux évaluer les conditions de diffusion et d’appropriation de cette innovation technologique et sociale par les acteurs sociaux (médecins de la reproduction, biologistes, patients, acteurs politiques et religieux). Par ailleurs, le recours aux biotechnologies de la procréation est révélateur d’un modèle de reproduction, basé sur la notion de désir d’enfant, modèle défendu par les classes moyennes africaines contemporaines, dans le contexte plus vaste de la santé de la reproduction et du droit des femmes (accès à la maitrise du corps, à la contraception et à l’avortement non clandestin et à des services de santé prenant en charge l’infécondité des couples). Ceci étant, l’AMP est porteuse de profondes inégalités de classes, de genre et de « race » (en Afrique du sud), et également d’accès à l’information. A cette date, les technologies de la reproduction se situent dans des cliniques privées, même si des médecins hospitaliers tentent de réaliser des structures à « low cost ». Les clients de ces institutions incarnent une classe moyenne émergente à la recherche de soins de qualité nécessitant une introduction dans des réseaux internationaux où se mettent en place de nouveaux espaces de santé. Le recours à l’AMP modifie, de fait, leur rapport à la santé et à l’information médicale d’une manière plus générale. Dans ce contexte, ils n’hésitent pas à se déplacer à travers le continent africain ou même en Europe, s’adressant notamment en Ile de France aux services de médecine de la reproduction, avec un cadre médico-légal français jugé pour nombre de femmes migrantes nées en Afrique subsaharienne et résidant en France comme beaucoup trop contraignant (limite d’âge, don d’ovocyte anonyme). La notion de biosocialité est, ici, pertinente non plus pour désigner les espaces de mobilisation fondés sur l’expérience commune d’une pathologie (comme dans l’exemple des associations de malades) mais pour saisir l’expérience d’individus se retrouvant dans une expérience commune de relation à l’enfantement médiatisée par la science et dépendante du politique. Les travaux présentés au cours de ce colloque visent également à faire état de l’évolution des « représentations populaires » de la procréation. L’AMP modifie-t-elle la dimension symbolique de la procréation et de la naissance (rôle des ancêtres et des esprits de brousse) ? Sommes nous ou non dans une situation de rupture ou observe-t-on des « articulations » avec les savoirs traditionnels locaux, en particulier ceux relatifs à la sorcellerie qui occupe une place si singulière dans l’interprétation de l’infécondité au sein des relations familiales ? Dans ce contexte socio-culturel, la femme est toujours mise en accusation et son conjoint, s’il est infécond, est protégé par l’ensemble des acteurs sociaux, et même par son épouse dans certains cas. La difficulté des hommes à reconnaitre leur infécondité est-elle surmontée par le recours à l’AMP et l’annonce médicale qu’elle nécessite ? Les hommes sont-ils prêts à s’émanciper d’une représentation lignagère de la fécondité (et donc de la transmission), pour accepter une « réorganisation » du schéma de transmission au niveau social et au niveau des rapports entre les sexes ? Les travaux présentés au cours de ce colloque ont été réalisés par les membres d’un projet de recherche financé depuis trois ans par l’ANR Les Suds II. Ce colloque présentera l’état des connaissances sur le sujet pour l’Afrique sub-saharienne et en situation migratoire, à partir de données recueillies sur les arènes et forums publics consultés par les personnes infécondes et auprès de patients consultant dans des services de fertilité (Afrique du sud, Cameroun, Ile de France).

Nous attendons un résumé de 10 lignes sur l’infertilité en Afrique subsaharienne dans le contexte de l’AMP (diverses disciplines). Liste (non exhaustive) des sujets :
• La reconnaissance de l’infertilité en Afrique
• Histoire et développement de l’AMP sur le continent
• Expérience de l’AMP et de l’infertilité
• Technologies et sujet : négociations et liens entre savoirs et pratiques (AMP)
• AMP, une expérience biosociale ?

Les résumés sont attendus pour le 10 Septembre (envoyer le résumé à l’adresse : amp.afrique@gmail.com). Les réponses seront communiquées le 10 Octobre 2013.

————————————————

PROCREATION TECHNOLOGIES AT THE SOUTH. PROCESSES, KNOWLEDGE, EXPERIENCES

The rational of Symposium

Assisted reproductive technology (ART) is a biomedical procedure which requires a social, cultural and technical background to function, while also being a source of knowledge, technical know-how and specific organisational patterns. The development of ART in sub-Saharan Africa since the 1980s has been not been much the subject of attention from scientific circles and the media. It is beneficial to consider its history to better weigh the conditions involved in the dissemination and appropriation of this technological and social innovation by those involved at social level (fertility physicians, biologists, patients, religious stakeholders). Using biotechnologies in fertility is also indicative of a reproduction model relying on the notion of wanting a child, a model supported by the middle class in contemporary Africa in a wider picture of reproductive health and women’s rights (empowerment of women in controlling their body, access to contraceptives, non-clandestine abortion and to health facilities caring for infertile couples). However, ART also brings to light inequalities of class, gender and race (as in South Africa), and in accessing information. To date, reproductive healthcare services are available in private clinics only, even if hospital physicians try to create low cost care facilities. Patients of these institutions represent the emerging middle class seeking health care of a quality that requires becoming part of international networks where new health care facilities are being set up. Hence, in seeking ART treatment, their overall relationship to health and medical information has changed. In this context, they are willing to travel across Africa or even to Europe, turning to reproductive health departments in the Paris area, while the French medico-legal prerequisites for migrant women born in sub-Saharan Africa and living in Europe are felt to be far too stringent (age limit, anonymous oocyte donation). In this case, the notion of biosociality is relevant, not so much to refer to mobilisation fields based on the common experience of a disease (as in the case of patients’ associations) but rather to capture the individual experiences of people who share the common experience of childbearing mediated by science and dependent on political power. The contributions to this conference also aim to reporting on “folk representations” of procreation. Does ART change the symbolic dimension of procreation and birth (role of ancestors and bush-spirits)? Are we confronted with a departure from tradition, or is there a linking up at play to local traditional knowledge, especially that of witchcraft which has a unique part in the interpretation of infertility within family relationships? In these kinds of social and cultural backgrounds, women are always blamed whereas their husbands, if infertile, are always protected by all social stakeholders, if not by their wives themselves in some cases. When resorting to ART, do men overcome their reluctance to admit their infertility, especially once it has been diagnosed? Are they willing to liberate themselves from a linage representation of fertility (and hence, of procreation) and to accept a rearrangement of transmission patterns in society and in men-women relationships?

We expect a ten lines abstract looking at infertility care in Africa in the context of AMP from diverse disciplines (anthropology, sociology, history, law,…). The subjects we are interested in are (list non exhaustive)

• History and logics of AMP Development on the continent.
• Experience of AMP and infertility
• Technologies and Personhood: negotiation and articulation of knowledge and practices around AMP
• AMP, a biosocial experiment?
• Recognition of infertility and legitimacy of Women infertility in Africa

Abstract proposal are expected before the 10th of September (please do send your abstract to: amp.afrique@gmail.com). Acceptance of abstract will be notified from the 10th of October.

The conference will be held in University Paris-Descartes (Paris 5) in French and English on the 12th and 13th of December 2013. No funds are available for travelling expenses.

Objectifs du colloque :

– Présenter les questions de sociétés que les techniques d’AMP posent à l’Afrique, tout en révélant la dimension internationale (et non exclusivement africaine) de ces questions.

– Faire connaître les expériences des personnes ayant recours aux techniques de l’AMP en Afrique sub-saharienne et en situation migratoire.

– Faire valoir la nécessité de fédérer des études portant sur l’implantation de ces technologies dans les pays en développement.

L’AMP n’est plus prise en charge par l’Aide Médicale D’Etat (AME)

Le décret d’application du 17 octobre 2011 a acté la restriction des droits à l’AME pour les personnes sans-papiers. Pour rappel, les bénéficiaires de l’AME sont les personnes en situation irrégulière, résidant sur le territoire français depuis au moins trois mois et disposant de faibles ressources. Le décret définit les soins qui n’ont pas été qualifiés de « moyens » ou « importants » ou qui ne visent pas à traiter ou prévenir une maladie. Ainsi, l’AME ne prend désormais plus en charge les frais relatifs aux cures thermales et à l’assistance médicale à la procréation.
—————————————————————————————————————————————————-
JORF n°0243 du 19 octobre 2011 page 17639
texte n° 21DECRET
Décret n° 2011-1314 du 17 octobre 2011 relatif à la prise en charge des frais de santé par l’aide médicale de l’Etat ainsi qu’au droit au service des prestations NOR: ETSS1116690D

Publics concernés : personnes majeures bénéficiaires de l’aide médicale de l’Etat (AME).
Objet : conditions de prise en charge de certains frais de santé dans le cadre de l’AME.
Entrée en vigueur : le texte entre en vigueur le lendemain de sa publication.
Notice : le présent décret définit les catégories d’actes, produits et prestations dont le service médical rendu n’a pas été qualifié de « moyen » ou d’« important » ou qui ne sont pas destinés directement au traitement ou à la prévention d’une maladie et qui, de ce fait, seront exclus de la prise en charge par l’aide médicale de l’Etat prévue par l’article L. 251-2 du code de l’action sociale et des familles. Il s’agit des frais relatifs aux cures thermales ainsi que des frais relatifs à l’assistance médicale à la procréation.
Ce décret précise également les cas dans lesquels la prise en charge de certains soins hospitaliers programmés particulièrement coûteux sera soumise à un agrément préalable des caisses d’assurance maladie. Il s’agit des soins dont le coût dépasse 15 000 euros et dont la réalisation peut attendre un délai de quinze jours suivant la date de leur prescription.
Le décret fixe en outre la procédure d’agrément de ces soins et précise que la condition de stabilité de la résidence qu’elle doit permettre aux caisses de vérifier est réputée remplie, comme c’est le cas lors de l’ouverture du droit à l’aide médicale de l’Etat, dès lors que sont remplies les conditions fixées à l’article R. 115-6 du code de la sécurité sociale : personnes ayant sur le territoire métropolitain ou dans un département d’outre-mer leur foyer ou le lieu de leur séjour principal.
Références : les textes modifiés par le présent décret peuvent être consultés, dans leur rédaction issue de cette modification, sur le site Légifrance (http://www.legifrance.gouv.fr).
Le Premier ministre,
Sur le rapport du ministre du travail, de l’emploi et de la santé et de la ministre du budget, des comptes publics et de la réforme de l’Etat, porte-parole du Gouvernement,
Vu le code de l’action sociale et des familles, notamment ses articles L. 251-2 et L. 252-3 ;
Vu le code de la sécurité sociale, notamment ses articles L. 162-1-7 et R. 115-6 ;
Vu la loi n° 2000-321 du 12 avril 2000 relative aux droits des citoyens dans leurs relations avec les administrations ;
Vu l’avis du conseil de la Caisse nationale de l’assurance maladie des travailleurs salariés en date du 28 juin 2011 ;
Le Conseil d’Etat (section sociale) entendu,
Décrète :

Au titre V du livre II du code de l’action sociale et des familles, il est créé un chapitre Ier intitulé « Droit à l’aide médicale de l’Etat » qui comprend trois articles ainsi rédigés :
« Art. R. 251-1.-Sont exclus de la prise en charge par l’aide médicale de l’Etat telle que prévue au 1° de l’article L. 251-2 :
« 1° Les frais relatifs aux cures thermales tels que définis à l’article R. 322-14 du code de la sécurité sociale ;
« 2° Les actes techniques et les examens de biologie médicale spécifiques à l’assistance médicale à la procréation, tels que mentionnés dans la liste prévue à l’article L. 162-1-7 du code de la sécurité sociale ;
« 3° Les médicaments et produits relevant respectivement des articles L. 162-17 et L. 165-1 du même code et nécessaires à la réalisation des actes et examens définis au 2° du présent article.
« Art. R. 251-2.-La procédure d’agrément préalable prévue par l’article L. 251-2 est applicable aux soins hospitaliers programmés dont le coût estimé au moment de la demande d’agrément est supérieur à 15 000 euros. Sont exclus de cette procédure les soins hospitaliers qui doivent impérativement être réalisés dans un délai de quinze jours au plus à compter de la date de leur prescription.
« Art. R. 251-3.-Lorsque l’agrément préalable est requis, le bénéficiaire en fait la demande sur un formulaire conforme à un modèle fixé par arrêté du ministre chargé de la santé, transmis par l’établissement hospitalier concerné à l’autorité mentionnée au premier alinéa de l’article L. 252-3 par tout moyen permettant d’établir une date certaine. L’établissement y inscrit le montant estimé des soins à prendre en charge. L’absence de réponse dans les quinze jours suivant la réception de la demande d’agrément par l’autorité compétente vaut accord. »

Au chapitre II du titre V du livre II du code de l’action sociale et des familles, est inséré un article ainsi rédigé :
« Art. R. 252-1.-Pour bénéficier du service des prestations définies à l’article L. 251-2, la condition de stabilité de la résidence en France prévue à l’article L. 252-3 est réputée satisfaite dès lors que sont remplies les conditions fixées à l’article R. 115-6 du code de la sécurité sociale. »

Le ministre du travail, de l’emploi et de la santé et la ministre du budget, des comptes publics et de la réforme de l’Etat, porte-parole du Gouvernement, sont chargés, chacun en ce qui le concerne, de l’exécution du présent décret, qui sera publié au Journal officiel de la République française.

Fait le 17 octobre 2011.

François Fillon

Par le Premier ministre :

Le ministre du travail,

de l’emploi et de la santé,

Xavier Bertrand

La ministre du budget, des comptes publics

et de la réforme de l’Etat,

porte-parole du Gouvernement,

Participation au congrès de l’AFEA (21-24 sept 2011) : Atelier 34

Quand l’anthropologie s’empare des nouvelles technologies dans le secteur de la santé et de la reproduction (Atelier 34)

De l’enfant du lignage à l’enfant issu d’un couple de gamètes – Doris Bonnet, Maryvonne Charmillot et Véronique Duchesne / Penetrating the Curtain : Researching Medically Assisted Procreation in Pretoria – Nina Botha, Rehana Vally et Frédéric Le Marcis / L’information et la communication sur l’internet à propos de l’AMP et de l’infécondité : quels usages pour l’Afrique ? – Luc Massou, Emmanuelle Simon et Brigitte Simonnot

Continuer la lecture de Participation au congrès de l’AFEA (21-24 sept 2011) : Atelier 34

Infécondité et Assistance Médicale à la Procréation (AMP)

Cette recherche porte sur l’étude du recours aux biotechnologies dans le cas de l’assistance médicale à la procréation (AMP). Elle s’inscrit dans un contexte où l’infertilité suscite une forte demande de soins dans les pays d’Afrique, contexte où les conséquences sociales pénalisent dramatiquement les femmes. Cette situation provoque des mobilités sanitaires transfrontalières, soit vers les pays du Sud, soit ver les pays Occidentaux (en France notamment où la prise en charge des FIV est assurée par la Sécurité Sociale).
A partir d’études de cas (entretiens, observations et analyse de contenus sur le web), cette recherche propose d’aborder : (1) le transfert de la technologie AMP du Nord au Sud, sa réception et son appropriation (2) l’inscription de ces pratiques thérapeutiques dans l’offre locale de prise en charge de l’infertilité (3) l’impact de cette nouvelle technologie sur la représentation de la procréation, de la famille et sur les rapports de genre dans les Suds (4) le rôle du web dans la diffusion de cette technologie. Ce projet pluridisciplinaire déploie des instruments d’analyse qui relèvent autant de l’anthropologie du genre, de la famille, de la santé, de l’innovation que des sciences de l’information et de la communication.

L’AMP aux Etats-Unis, séminaire du 15 février 2011 (EHESS)

Séminaire « Genre, personne, interlocution » (responsable : I. Théry)

Mardi 15 Février 2011, 15h-17h, salle 7, EHESS, 1055 bd Raspail, Paris

Jennifer MERCHANT, Professeur à l’Université Paris II Panthéon-Assas

L’ASSISTANCE MEDICALE A LA PROCREATION AUX ETATS-UNIS : LE GENRE DANS LE DON ET L’ACCUEIL DES GAMETES

à noter : Invitée de la séquence AMP du 1er Mars,  15h-17H : Juliette Guibert, gynécologue obstétricienne dans l’unité d’AMP de l’Institut Mutualiste Montsouris : « Demander la levée de l’anonymat du don de gamètes: au nom des droits de l’homme ? »

séminaire de recherche (ouvert aux M1)
Genre, personne, interlocution : l’approche relationnelle
Irène THERY directrice d’études à l’EHESS
Les 1er et 3e Mardi du mois de 13h à 17h salle 7 , EHESS 105 bd Raspail,  à partir du 15 octobre 2010 .
Ce nouveau séminaire a pour objet de montrer ce que le genre apporte à la compréhension du lien social en général dont il est à la fois une dimension centrale et un analyseur privilégié. Son originalité sera donc de confronter la distinction de sexe aux « grandes théories  » du social : individualisme méthodologique, holisme méthodologique, interactionnisme, théories des speech acts  etc.
L’enjeu est de montrer que les diverses conceptions de la distinction masculin/féminin renvoient à une certaine représentation non des sexes ou de la vie sexuelle seulement, comme on le croit en général dans une perspective étroitement individualiste et moderne, mais bien de la personne elle-même.
En effet, la première question qui se pose aux sciences sociales à propos du genre est encore aujourd’hui la moins discutée dans nos propres sociétés occidentales : de quoi parlons-nous quand nous évoquons la distinction sociale masculin/féminin ? La plupart des théories actuelles considèrent comme une évidence de définir le genre comme un attribut identitaire des personnes. Elles adoptent ainsi une philosophie dualiste opposant le « moi » (doté d’une identité de genre) et le « corps » (doté d’une identité de sexe). Mais une alternative est possible : refuser un tel dualisme et considérer le genre comme une modalité des actions et relations dotées de sens.
Ce séminaire développera  une  approche relationnelle du genre fondée sur une anthropologie historique et comparative renouvelée par les apports de la philosophie analytique de l’action et de l’interlocution. Il montrera l’intérêt de concevoir la personne non comme une hypostase, un « moi » ou « self » intérieur, mais comme l’individu tour à tour agent, patient et attributaire de l’actus humanus. Cette approche  placera au centre de l’attention l’alternance entre les trois personnes grammaticales distinguant/liant les trois positions de l’interlocution : le je de celui qui parle, le tu de celui à qui on parle, le il/elle de celui ou celle dont on parle.
A NOTER / Ce séminaire de 4 heures quinzomadaires est divisé en DEUX SEQUENCES DE 2H qui peuvent être suivies indépendamment (chacune étant validée comme un semestre) .
La séquence de 13 h à 15h est consacrée à la théorie relationnelle du genre et assurée cette année entièrement par mes soins.
La séquence de 15 à 17H est consacrée à l’application de cette démarche à l’analyse de la recomposition des normes dans  l’Assistance Médicale à la Procréation et j’y recevrai le plus souvent un(e) invité(e) pour y confronter nos deux points de vue sur le droit et les pratiques en matière  bioéthique.